02 juin 2011

> LES OUBLIÉS DU CANAL…

 

Aujourd’hui - jeudi de l'Ascension, 2 juin 2011 - on fête en grande pompe la réouverture du canal de l’Espierre à la navigation.

Comment pourrait-on ne pas se féliciter de l'aboutissement du projet ?

Mais… au moment même où certains ont tendance à tirer la couverture à eux, il nous plaît de rappeler que ce projet est aussi l'aboutissement d'un travail mené sans répit par plusieurs associations - et plusieurs personnalités civiles - à qui doit être rendu l’honneur qui leur revient.

Travail commencé il y a plus de 20 ans alors que personne n’y croyait, cest bien poussé - voire bousculé - par des agitateurs éclairés que le « camarade » bourgmestre a favorisé la navigabilité du canal !

Nous pensons tout particulièrement à l’association « APEVES », qui en a été l’initiatrice.

Nous pensons au « Collectif transfrontalier d’associations pour le canal de la Deûle à l’Escaut » qui a su montrer l’intérêt de notre canal pour un tourisme doux en organisant des rencontres, des débats, des manifestations et des voyages d’étude en Angleterre, qui a su fédérer les 3 régions d’Europe traversées par le canal.

Nous pensons à feue l’association « les Amis du canal de l’Espierre » qui a été vigilante à tout moment pour révéler les manquements des voies hydrauliques et ceux du ministre « socialo » Daerden qui a failli faire capoter le projet de réhabilitation « Blue Links » signé le 3 juin 2003.

Nous pensons à l’association « Les Amis de la Terre », à l’association « Eco-Vie », ainsi qu'aux diverses associations de pêcheurs qui se sont à maintes reprises évertuées à valoriser le site et à le défendre.

Nous pensons au ministre « Ecolo » Henry, encouragé par les députés écologistes du Hainaut, qui a eu la volonté et a été capable de trouver le financement ultime pour réaliser la dernière étape du retour à la navigabilité.

Et on ne peut passer sous silence le travail strictement politique du groupe local « Ecolo » qui a été un des premiers à plaider la priorité pour ce projet.

Même si elle est tardive et opportuniste, l’on ne peut également que se réjouir de la prise en compte, de l’importance accordée à la qualité de l’environnement et au développement de voies alternatives de circulation par la majorité communale actuelle.

Nous pouvons TOUS nous féliciter du pouvoir d’influence que nous avons exercé à cette occasion.

Et nous TOUS promettons, dans la foulée, de garder la même vigilance pour que cette victoire ne soit pas un feu de paille mais que le site demeure toujours digne de son classement au sein du Patrimoine Wallon.

Notamment dans la conservation de ses abords à protéger des chasseurs, ceux-là même qui ont reçu du bourgmestre d’Estaimpuis l’encouragement de sévir dans son périmètre de protection sous forme d’une demande de dérogation adressée à la Région Wallonne…

 

 

09:20 Écrit par Luis Güell-Jornet dans « Actualité », « Canal de l'Espierre » | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.