02 juillet 2010

> Un chemin, une borne, deux mondes...


... ............................................................................................................................................ D'un côté l’Europe s’évertue à abolir les frontières et de l'autre - en Belgique - l’on s’ingénie à les accentuer, les souligner, les renforcer... Exemple significatif ? Avec notre cher canal de l’Espierre et, plus précisément, au sein du bief « transfrontalier », Warcoing - Espierres (Spiere). Du côté wallon, un chemin de halage en « cendrée », d’une largeur d’environ 3,50m, bordé de peupliers et, une rive droite réalisée avec des fascines en bois exotique... A partir du « point zéro » de la « frontière linguistique » (une borne bien visible marque l’endroit précis) changement de décor. Chemin de halage en bitume, d’une largeur de 1,80m environ, bordé de « zomereiken » (« chênes d’été ») et berges végétalisées, réalisées naturellement, en terre... Pourtant, des deux côtés le même soleil, le même ciel bleu, la même agréable chaleur, la même eau (pour l’instant, répugnante), les mêmes merles rieurs, les mêmes cancans de « Colvert », les mêmes coassements de grenouille... Cela reste néanmoins une « drôle » d’expérience, de sensation : à vélo, en franchissant la « ligne invisible » séparant la Wallonie de la Flandre, on a vraiment l’impression - tout à coup - de ne plus rouler dans le même pays, dans le même monde, dans le même Univers ! Qu’ont-ils fait de « l’unité » ? Comment ont-ils pu ? Incroyable, franchement... surréaliste !

09:45 Écrit par Luis Güell-Jornet dans « Canal de l'Espierre » | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

Commentaires

Il en est là comme d'ailleurs, il y a bien deux approches diamétralement opposées quant à qualité de vie. Tout un symbôle.

Écrit par : Marcel et Linda | 02 juillet 2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.