02 avril 2010

> Pas de suivi = promesse non tenue...


... ............................................................................................................................................ C’est un « dossier » que nous suivons depuis... quatre ans ! Une manière comme une autre d’affirmer, qu’à Estaimpuis, on se situe - parfois - très, très loin d’une entité enviée ! Voire. Le « lézard » d’aujourd’hui se situe à un jet de pierre de l’écluse d’Estaimpuis. Sous la ligne à « THT », exactement ! En effet, les derniers peupliers plantés se développant et représentant un danger potentiel pour les lignes électriques qui traversent perpendiculairement le canal de l’Espierre à cet endroit, le gestionnaire-transporteur électrique informa de sa décision d’abattre les peupliers « litigieux ». Le site étant classé au patrimoine wallon, une demande de permis d’urbanisme - à transiter par les services provinciaux des « Monuments, Sites & Fouilles » - fut nécessaire. Une « enquête publique » permit aux citoyens - « amoureux » du canal et sensibles à sa protection - d’y participer. Et d’y faire figurer quelques exigences que nous estimions légitimes et nécessaires. Dont, le remplacement des peupliers abattus par des arbustes, avec l’utilisation exclusive d’essences indigènes compatibles avec le contexte si particulier de notre cher canal. Le « fonctionnaire délégué de l’Urbanisme » du Gouvernement wallon, à Mons acquiesça à notre requête et précisa formellement ces contraintes dans les attendus dudit « Permis ». Et, l’on procéda à l’abattage des dits peupliers. C’était en... 2006 ! Cela fait donc quatre années que les peupliers ont été sacrifiés et les arbustes qui devaient les remplacer n’ont toujours pas été plantés ! Et ce, malgré nos demandes et rappels et... les promesses - d’arracheur de dents - du bourgmestre-député !

10:00 Écrit par Luis Güell-Jornet dans « Canal de l'Espierre » | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.